Ces derniers temps, tu entends parler de “transition écologique” à chaque coin de rue y compris sur mon compte ! 

Mais tu te dis “bon sang, ça veut tout et rien dire ! C’est un problème bien trop grand qui nécessite de trop gros changements !”. Et tu as en partie raison.

Aujourd’hui, je te propose de balayer ce qu’est concrètement la transition écologique et comment peut-on quand même faire changer les choses. 

Replaçons les choses dans leur contexte. 

Nous sommes devenus une société de consommation. Et pour répondre à nos besoins, nous produisons plus, nous voyageons plus, etc… Le problème est que nos actions ne sont pas sans conséquences. Tu l’as peut-être vu passé dans le rapport du GEIC, c’est prouvé,  ce que nous faisons nuie à la planète, cet espace qui nous permet justement de vivre. 

L’objectif aujourd’hui est donc de faire en sorte de maintenir nos conditions de vie pour nous et l’ensemble des êtres vivants… pour qu’elles restent vivables ! 

 

C’est là qu’intervient la notion de transition écologique.

La transition écologique: définition.

La transition écologique est un modèle économique et social qui apporte une solution globale et durable à la crise écologique que nous vivons actuellement. Et ce à tous les niveaux: que ce soit dans notre façon de consommer, de produire, de travailler, de vivre ensemble.

Focus sur les 3 types de transitions:

La transition énergétique:

Actuellement, nous utilisons des énergies fossiles, comme le pétrole et le charbon, qui sont des énergies limitées en termes de quantité et non renouvelables (ou alors il faudrait des milliards d’années pour en trouver à nouveau). 

L’objectif est de repenser notre consommation d’énergie de manière individuelle et collective, de la production à la consommation. Ce qui implique la réduction de la consommation et l’augmentation des énergies renouvelables. 

En France, la consommation d’énergie fossile est responsable de 70% des émissions de gaz à effet de serre. 

La transition industrielle:

18% des émissions de gaz à effet de serre proviennent de l’industrie.

L’objectif serait de s’orienter vers une production locale, utiliser le moins d’énergie durant le cycle de vie du produit (conception, fabrication, commercialisation, utilisation, réutilisation, recyclage). 

La transition agroalimentaire:

Le secteur agricole est responsable de 24% des émissions de gaz à effet de serre dans le monde. Ce qui implique de déforester, détruire la biodiversité, polluer les sols et les eaux. Sans oublier que ⅔ des travailleurs pauvres sont dans le secteur agricole. 

 

La transition écologique: de trop grands changements ?

Maintenant que tu vois ce à quoi correspond la transition écologique. Rentrons dans le vif du sujet ! 

A savoir: comment opérer un changement maintenant ?!

Un changement au niveau des entreprises.

Quand tu réalises l’impact de nos entreprises sur notre environnement, il devient clair que ces dernières ne peuvent plus continuer de fonctionner ainsi et de produire ainsi. Cela passe par la question du mode de fabrication mais aussi du mode de fonctionnement. En interne, est-ce que l’entreprise favorise des comportements éco-responsables ? 

Alors, je sais ce que tu vas me répondre: “mais les entreprises ne changeront pas comme ça”.

Et si c’était déjà en train de se faire ? Et si un salarié se mettait à en parler pour suggérer des idées ? Et si les lois avançaient dans ce sens ? 

En 2019 est sortie la loi PACTE, une loi qui exige des entreprises qu’elles prennent en compte les enjeux sociaux et environnementaux à travers leurs activités. 

Un changement à ton niveau.

Imagine si chacun d’entre nous se mettait à se déplacer en vélo, à manger végétarien, à n’imprimer que si nécessaire, à favoriser le seconde main, à utiliser des panneaux solaires, à faire du covoiturage pour aller au travail. Imagine l’impact que nous pourrions avoir ! 

Imagine si demain, tu décides de rencontrer ton responsable et de lui proposer un projet éco-responsable à mettre en place dans l’entreprise ?

Je ne te parle pas ici d’effet de mode. Le Zéro Déchet n’est pas une mode. C’est une prise de conscience où l’on se rend compte que l’on peut vivre autrement. 

Seulement, jusqu’où es-tu prêt(e) à aller pour changer tes habitudes du quotidien ?  

Un changement déjà en marche.

Là où tu peux te rassurer (et te motiver), c’est qu’il y a déjà des choses qui se mettent en place: 

Time for the planet est une société à but non lucratif qui propose à chacun d’investir et de devenir actionnaire pour décider ensemble des futurs entreprises luttant à l’échelle mondiale contre le dérèglement climatique. 

A l’heure où je te parle, c’est déjà 1 milliard d’euros investis par des citoyens comme toi et moi. 

https://www.time-planet.com/fr

Le Low tech lab a pour mission de mettre en avant des technologies utiles, accessibles et durables. L’occasion de mettre en lumière un mode de vie plus sobre, plus respectueux. Au total, ce sont 704 initiatives mises en œuvre dans 12 domaines différents à travers 83 pays.

https://lowtechlab.org/fr

Souvent à la pause déjeuner, j’entends “on est foutu, il n’y a rien qui se passe”. Et bien souvent, ces mêmes personnes ne cherchent pas à en savoir plus, à se renseigner et à découvrir que finalement, il se passe des choses et des choses positives. (C’est d’ailleurs pour cette raison que je te propose cet article pour te rendre accessible l’information).

L’essentiel à retenir est qu’il n’existe pas de solution miracle, nous n’allons pas supprimer le réchauffement climatique, nous n’allons pas faire disparaître la crise écologique dans laquelle nous sommes. 

Mais (parce qu’il y a toujours un “mais”), c’est à nous de prendre conscience que chaque action a un impact sur l’environnement et c’est à nous développer un impact positif en recherchant d’abord la sobriété avant de trouver des alternatives. C’est à nous de moins consommer, de recycler, d’en parler autour de nous, et d’envoyer des good vibes pour motiver notre voisin à faire de même. 

L’action ne doit pas venir d’en haut (sinon on risque d’attendre longtemps), elle doit venir d’en bas.