Devenir écolo sans s’en rendre compte !

Par où j’ai commencé ? Par où tu peux commencer ?

Tu t’intéresses à l’écologie dans le sens “j’aimerai faire quelque chose mais je ne sais pas quoi faire ?”. Tu te dis que tu n’as pas les moyens pour acheter une voiture électrique, ni les moyens de manger 100% bio et local, ou encore pour acheter 100% made in France ? Je te rassure moi non plus !

Aujourd’hui, je te partage mes 3 premiers gestes pour réveiller l’apprenti écolo qui somnole en toi !

1/ Manger fait maison

L’un des premiers gestes que j’ai mis en place sans même me rendre compte qu’il m’a fait faire un bon dans le monde de l’écologie.

Cuisiner, c’est avant tout diminuer les produits préparés, leur emballage. C’est se poser la question d’où vient ce que je mange ? Leur fabrication ?

Cuisiner maison, c’est en fait une porte d’entrée à tout un questionnement autour de l’alimentation responsable.

Si je mange de la viande, comment a été élevé l’animal ? Quelles ressources il aura fallu pour produire 1kg de viande ?

Si j’achète une tomate en hiver, quelles en sont les conséquences ? On en arrive aujourd’hui à utiliser un tas de produits polluants sur les aliments qui polluent non seulement pour nous mais pour tout l’écosystème qui vit tout autour, pour les êtres vivants qui vont se nourrir dans cette terre, les végétaux, etc…

Cuisiner maison c’est reprendre conscience du cycle naturel de la terre. Manger un concombre ou une tomate en hiver, non ce n’est pas normal.

C’est aussi prendre conscience des ressources disponibles, de ce que j’ai réellement besoin pour me nourrir et donc ne pas gaspiller.

2/ Utiliser du réutilisable

Et je ne te dis pas ça parce que mes créations sont réutilisables ! Avant de les produire, j’ai commencé à en acheter à d’autres, à les utiliser au quotidien pour ensuite me lancer dans l’expérience.

Quand j’ai commencé à utiliser une éponge lavable, je me suis demandé comment je pouvais ensuite réduire puis supprimer le film alimentaire, le papier cuisson, le papier alu, etc…

La réduction des déchets passent par ce que nous utilisons tous les jours.

Si chacun utilisait une gourde réutilisable, il n’y aurait peut-être plus de bouteilles plastiques échouées au bore de la route ou échouée sur une plage.

Je t’en parle souvent mais notre pouvoir d’achat reste notre plus grande force en tant que citoyen. L’offre dépend de la demande. Alors changeons la demande !

Dans un précédent article que je te remets juste ici, je te détaillais l’économie réalisée ou non en te tournant vers le réutilisable. Sur le long terme, nous sommes gagnants sur tous les points: côté économie d’argent, côté environnement, côté économie locale, etc…

Je ne te parlerai pas du % de nos déchets qui sont effectivement recyclés parce qu’on peut vite rentrer dans le pourquoi du pourquoi, et comment on en arrive à envoyer nos déchets dans d’autres pays… et ce n’est pas le but !

Réduire ses déchets en passant par le réutilisable c’est aussi l’occasion de prendre conscience de la valeur des choses, de prendre soin des choses, de s’éloigner du mode de consommation “utiliser, jeter”.

3/ Se renseigner

Finalement, comment tu en arrives à mettre en place les deux points précédents, c’est bien en ayant eut une prise de conscience aussi infime soit-elle. Et cette prise de conscience te vient peut-être d’un autre article, d’un post insta, des news aux infos, etc…

J’ai lu beaucoup et j’ai regardé un tas de documentaire pour en arriver à ma prise de conscience aujourd’hui.

Et c’est parce que je me suis autant renseignée qu’aujourd’hui, que je peux aller plus loin dans mes actions en tant qu’apprenti écolo. Toutes ces infos ont consolidées ma prise de conscience. Je sais pourquoi je fais ce que je fais.

Autrement dit, tes actions ne déboulent pas de nul part ! Pour que tes actions durent dans le temps, tu dois en être convaincu. Ne le fais pas pour copier ton voisin, fais-le parce que cela fait sens pour toi en fonction de ce que tu as lu, vu ou écouté. C’est bien pour cela que chacune de nos actions en terme d’écologie diffèrent d’un individu à un autre. C’est toute la richesse de l’écologie. C’est qu’elle peut se manifester sous différentes formes entre tous les êtres humains.

Il n’y a pas de jugement, ce n’est ni bien ni mal. Ce que tu fais n’est ni pas assez, ni trop. C’est ce que tu es en mesure de faire aujourd’hui en fonction de ta connaissance en la matière.

**

Et voilà pour ces 3 premiers pas vers une transition écologique en douceur, plus respectueuse des uns et des autres, de toi-même et plus bienveillante !